Suivi du #GCVD - 2019-05-21 - Motion Yann Glayre et consorts - Apporter une réponse urgente aux problématiques en matière de smartphones, applications et réseaux sociaux, dans le cadre de l'école vaudoise


#1

Point 22: Motion Yann Glayre et consorts - Apporter une réponse urgente aux problématiques en matière de smartphones, applications et réseaux sociaux, dans le cadre de l’école vaudoise

https://www.vd.ch/toutes-les-autorites/grand-conseil/prochaine-seance/seance-du-mardi-21-mai-2019/motion-yann-glayre-et-consorts-apporter-une-reponse-urgente-aux-problematiques-en-matiere-de-smartphones-applications-et-reseaux-sociaux-dans-le-cadre-de-lecole-vaudoise/

Dans cette motion, le député s’inquiète de l’évolution des nouvelles technologies d’information et communication (NTIC) au cours de ces dix dernières années. Il relève tout particulièrement le fait qu’elles sont de plus en plus conçues dans le but de générer une addiction aux écrans chez les utilisateurs, notamment les plus jeunes. Il estime que face à ces développements extrêmement rapides, les démarches préventives mises en œuvre dans les écoles ne suffisent plus. Il liste les problèmes suivants qui constituent un défi pour la santé publique:

  • La conception des jeux vidéo et des réseaux sociaux visant à générer des comportements de type addictif, retenant ainsi les jeunes devant les écrans, à la recherche de récompenses à court terme et d’approbation de la part des communautés dont ils font partie. Il en résulte notamment des problèmes d’attention, de concentration et de nervosité, qui peuvent provoquer de sérieuses perturbations dans le quotidien d’un enfant ou d’un adolescent et aboutir à une baisse de capacités cognitives.

  • L’anonymat, combiné à un manque de recul critique, favorisant des comportements à risques dans l’espace numérique, notamment des relations potentiellement toxiques et délétères pour ces jeunes avec des prédateurs en tous genres. Il en résulte comme conséquences un isolement social accrû, et des problèmes de socialisation qui peuvent déboucher sur des situations psychologiques dramatiques, menant parfois au suicide. Même les réseaux sociaux mainstream, tels que YouTube, ne peuvent garantir un minimum de sécurité personnelle et psychologique, comme l’ont illustré des scandales récents.

  • Le manque de sensibilité concernant la nécessité de préserver sa sphère privée ainsi que son intégrité numérique, de conserver le contrôle sur ses propres données personnelles et de comprendre comment fonctionne le ciblage publicitaire qui se trouve au coeur du modèle économique des nouveaux géants numériques.

La motion demande donc au CE de présenter, dans un délai de 6 mois, un projet de loi devant permettre d’:

  • établir, avec l’aide de professicinnels, une brochure explicative (sous une forme à définir) détaillant en profondeur les problématiques précitées, ainsi que celles qu’ils jugeront utiles. Procéder à sa mise à jour une fois par année, en fonction de l’évolution technologique et des tendances observées.

  • établir un cours annuel récurrent, sous une forme à définir (demie journée à thème, séminaire,projet d’établissement…) dans le cadre de l’école obligatoire, pour sensibiliser les écoliers à ces graves problématiques. La brochure précitée fera office de support de cours.

Remarque: Le PPVD a décidé de soutenir ouvertement cette motion dans la mesure où elle aborde nombre de préoccupations qui sont les nôtres, notamment tout ce qui concerne la sécurité des individus dans le cyberespace, la préservation des données personnelles de la vie privée et de l’intégrité numérique en général. Et il est évident que nous prêtons une attention particulière à l’éducation des jeunes sur ces questions, puisque ce sont eux qui vont grandir et passer presque toute leur vie dans cet environnement hyper-connecté. Nous avons donc envoyé une lettre expliquant nos raisons pour ce soutien à plusieurs députés du Grand Conseil et serons présents là-bas, demain matin, pour discuter directement avec eux.


#2

La motion de Yann Glayre a été traitée et renvoyée en commission le 04.06.2019. Nous gardons un œil dessus.