Suivi #GCVD - 2019-03-19 - Résolution Laurent Miéville et consorts au nom du groupe Vert'libéral - Urgence climatique !


#1

Point 19: Résolution Laurent Miéville et consorts au nom du groupe Vert’libéral - Urgence climatique !

Prenant acte de l’urgence imposée aux êtres humains par l’accélération du réchauffement climatique, les auteurs du texte constate que le monde politique et économique avancent bien trop lentement et que nous courrons à une catastrophe environnementale et humanitaire, si l’on se fie aux scenarii les plus optimistes décrits par les climatologues. Il exige donc que le GC vaudois se saisisse à bras le corps de cette question en prenant les mesures suivantes:

  • Le Grand Conseil vaudois déclare l’urgence climatique et reconnaît la nécessité d’atténuer le changement climatique et ses graves conséquences comme une des tâches les plus prioritaires.

  • Le Grand Conseil vaudois examinera l’impact sur le climat de tout objet à traiter concerné par cette problématique et, dans la mesure du possible, traitera de manière prioritaire les objets qui atténuent le changement climatique ou ses conséquences.

  • Le Grand Conseil vaudois se basera, pour des futures mesures de lutte contre le changement climatique, sur les rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), notamment en ce qui concerne les investissements visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

  • Le Grand Conseil vaudois invite le Conseil d’État à contribuer à informer de manière détaillée la population du Canton sur le changement climatique, ses causes et ses effets, ainsi que sur les mesures prises pour le combattre.

Remarque: La question du changement climatique, dû à l’accélération du réchauffement de la planète d’origine anthropique, devrait effectivement beaucoup plus préoccuper les partis, y compris le PPVD. L’idée d’intégrer cette question prioritaire dans toutes les réflexions politiques me semble donc tout à fait logique. Je pense que nous devrions faire pareil, notamment dans le domaine du numérique, lorsque l’on sait comment la digitalisation de nos activités professionnelles et privées peut affecter l’écologie (et pas seulement en termes de pollutions terrestres et aquatiques). Et comme rappelé par cette résolution, il importe de fonder nos réflexions sur le consensus scientifique, dans la mesure où l’écologie, bien qu’un thème sociétal, relève quand même avant tout du travail des scientifiques.